Archives pour la catégorie A propos de la vape

Le nouveau dualisme : l’instant contre l’avenir

Bon, voilà un sujet qui fera sans doute rigoler le philosophe avertit, mais tant pis, ce site est un blog donc je vous parle de ce qui me passe par la tête, ce qui inclus apparemment quelques divagation.
C’est suite à la lecture d’un article de l’anthropologue Veronique Nahoum Grape ,lors d’une audition publique de la FFA qu’il m’est venu cette image.

Le nouveau dualisme.

D’un côté on a la considération de l’avenir
Sagesse, respect et ennuis profond.
construire sa vie, vivre en communauté, manger sainement en faisant attention à son poids, à son sommeil, à économiser au cas où, …
Cela est soutenus, exigé par un système de loi, d’éducation, de prévention, un regard de l’autre de plus en plus stricte et complexe.
Il s’agit de faire des études, une carrière, d’économiser pour un 3ème pilier, de vivre sainement, sans excès, un peu de sport,  s’épanouir dans une vie de dur labeur responsable à prendre soins de sois et d’autrui.

De l’autre côté, il y a la culture de l’instant.
Sexe, drogue et rock’n roll.
Notre monde est si contraignant et codifié, la pression de la productivité est telle qu’on s’emmerde et qu’on rêve à longueur de journée de faire n’importe quelle bêtise pourvu que ce soit grisant. Le cinéma, la musique, les pub, les affiches en ville et même la façon de s’exprimer qu’on les jeunes nous rapporte implacablement au présent, à la nécessité de s’éclater, là, tout de suite, Go ! Que ce soit en faisant fondre sa carte de crédit, en baisant comme dans un film porno, en se shootant à l’extasie, en sautant à l’élastique,
Notre culture glorifie tout ce que la morale réprouve.

Et la vape dans tout ça ?

Bin  on est dans la merde.
Soit c’est un médicament, et donc c’est chiant comme un patch
Soit c’est fun, donc dangereux. Pire que le tabac.
Les études scientifiques ont beau démontrer ce qu’elles veulent, cette prolifération d’arômes, de marques, de modèles, toutes ces vidéo avec des gros ricains frapadingues qui prennent leur pieds à faire des gros nuages, c’est une preuve concrète et tangible qu’on s’amuse et c’est donc opposé à l’ennuis raisonnable. C’est pas saint.

Parce qu’une dualité sera toujours coincée avec tout ce qui est en couleur, il faut que ce soit noir ou blanc. J’en veux pour preuve que chez les vapoteurs eux-même on a deux camps opposés :
A ma gauche le cloud chasers full VG diacétyl power qui organise des contests plein de musique, de filles dénudées et de débauche de goûts crémeux ultra sucrés.
A ma droite, l’adepte de la vape « papy » avec son Taifun GT2 qui recherche des jus bio, airflow serré et qui vous serine sur le danger des excès.
Jusque là tout va bien, on est entre vapoteurs et même si un peu de maturité et de tolérance ne feraient pas de mal, on est d’accord sur les bienfaits de la vape et sur la nécessité d’arrêter de fumer.
Le problème c’est que vu de l’extérieur, déjà c’est nouveau donc suspect, mais si en plus on a l’air de s’amuser, c’est forcément un truc pour les sales jeunes excessifs et il est donc urgent de mettre un terme à tout ça. Légiférons, interdisons. Les sales jeunes en l’occurrence ont entre 30 et 70 ans mais ça c’est un détail difficilement perceptible car du moment que c’est fun et nouveau, c’est forcément un truc de jeunes.

Bref, je ne crois pas que ce soit le lobby du tabac ou des pharma qui nuise à la vape et au fait qu’elle soit une aide dans la cessation tabagique. Je crois que  l’ennemis de la vape, c’est la pensée bourgeoise qui par tradition s’oppose aux plaisirs grisant et qui nous range sans autre dans la catégorie des trucs louches. Vous n’avez qu’à arrêter de fumer dans la souffrance, là au moins on sera sûr du pire.

Le truc que j’ai pas le droit de dire

Sur FaceBook, ces temps un programme d’aide aux fumeurs a été mis en place :
Le 20 mars, j’arrête de fumer
Les vapoteurs rient jaune, ce truc coute un prix de fou (1.2 millions de francs suisses à ce qu’on m’a dit) et fait exactement ce qu’on fait déjà gratuitement depuis des années : créer une système d’entraide sur internet pour que les fumeurs lâchent la clope. Nous avec la vape, eux sans. Personnellement, ayant depuis déjà deux ans décidé de consacrer ma vie à la lute contre le tabac je dois avouer que le prix ne me choque pas : Mon frigo ne se remplis pas tout seul par magie, si on souhaite se consacrer à plein temps à une tâche il faut bien avoir une source de revenu, que ce soit l’AI, un shop ou une petite ponction sur je ne sais quel budget de l’état. Cela ne me dérange pas spécialement de voir que mes impôts servent aussi à cette noble cause. Je n’ai pas vu le budget mais j’espère que des gens compétents ont fait en sorte que ce soit une dépense intelligente et proportionnée. Certains diront que ma candeur frise la naïveté mais j’ai foi en l’humain et j’accorde par principe le bénéfice du doute.

En revanche, ce qui me dérange encore et toujours, c’est le mensonge et la mauvaise foi.

Je n’ai pas le droit de dire ça sur le groupe FB parce que je n’ai pas le droit de saper l’effort que ces gens déploient à sauver des vies. Qu’importe la méthode, l’important est de ne plus fumer, ça c’est clair. En revanche, j’ai le droit de le dire ici il me semble.

En matière de mauvaise foi, charité bien ordonnée commence par sois-même, j’admet que ma position est délicate, je débarque sur leur machin comme un lourd pour y défendre la vape alors que c’est mon métiers et que donc ça pourrait éventuellement, de façon indirecte, m’attirer de nouveaux clients. Une fois qu’on a fait le pas de devenir un professionnel, dissocier la cause de l’intérêt qu’on y trouve n’est plus possible, les deux sont liés. En général sur ce genre de truc (je participe parfois à titre privé au forum stop-tabac notamment) du moment que je ne fais pas de publicité directe pour Fumerolle, je considère que je reste correct. Je ne cite pas mon shop mais je ne me cache pas non-plus et celui qui souhaite savoir qui je suis a le droit de le savoir. A vrais dire si je participe sur ce programme FaceBook, c’est surtout parce que c’est une occasion rêvée de pouvoir interpeller publiquement un représentant de l’autre camp, un anti-vape, qui est obligé de répondre car sans cela il sape son propre travail. J’ai besoins de réponses, je ne comprends pas leur attitude et donc j’utilise ce programme d’aide pour en obtenir. Comment ces gens peuvent passer à côté de la vape, l’outil le plus efficace à ce jour pour arrêter de fumer, c’est une mystère qui ne cesse de me hanter.

Bref, je me suis réveillé cette nuit à 4h du mat et j’ai repensé à la méthode que ces gens proposent. Et je pense que leur méthode repose sur un mensonge. Un peu comme le livre de Allen Carr.

Si je repense à la clope, quelles images est-ce qu’il me reste de ces années de tabagisme ? Que de bons souvenirs. Je me revois avec des mes collègues à plaisanter, à raconter ma journée, à me détendre et à vider les petits tracas en tournant au ridicule les petites frustrations du travail.
La pause clope avec les collègues, c’était le meilleur moment de la journée. Toutes les pauses clope, plutôt. C’était le petit moment de détente et d’amitié, un petit rituel qui rendait le travail sympathique, un bref instant de complicité avec des gens qui sans cela n’auraient été que des visages ternes concentrés derrière leurs écrans.
La pause clope, c’est la petite récompense après chaque action qui en méritait une, ou encore le petit moment de réconfort après un truc pas cool
La clope, c’était un petit moment pour s’aérer les poumons (si si, même si ça semble absurde ça fait du bien de respirer profondément, même si c’est avec de la fumée), se changer les idées, c’est vraiment un truc agréable.
La clope c’est un petit truc convivial qui m’a permis d’adresser la parole à plein de filles qui sortaient aussi pour en griller une, quand on se retrouve dans le coin fumeur on a que des amis et c’est toujours l’occasion d’en placer une et de rire avec les gens présents, voir même de faire une rencontre.
Quand on fume, on ne réalise pas à quel point on pue. On sait que c’est nocif, mais c’est une notion abstraite. Souvent on a pas vraiment conscience de fumer tellement c’est machinal mais c’est à la fois une excuse pour tout le côté social, c’est un petit rituel, c’est tout plein de choses en plus d’assouvir son manque.

Bref, voilà ce qui me reste de la clope. De l’amitié, du plaisir, du réconfort, un geste anodin qui souligne chaque moment de la journée soit pour apaiser un moment désagréable ou pour célébrer un truc positif, tout en créant nombre de petits moments forts sympathiques. La clope est une récompense, un stimulant et un plaisir, c’est ce dont je me souviens. Non pas uniquement le tabac lui même mais tout ce qu’il y a de bien dans le fait de s’arrêter avec un petit prétexte débile pour réfléchir, se détendre, rire, se changer les idées, exposer une idée à un collègue, etc … C’est aussi ça, la réalité psychique du fumeur. Et quand on arrête de fumer, non seulement on se fait du mal parce qu’on se bat contre sois-même mais en plus on doit renoncer à tous ces meilleurs moments de la journée.

L’avantage avec Allen Carr, c’est qu’au moins il aborde le sujet. Il le décortique même et propose au lecteur de se reprogrammer et de se faire croire que ça n’est pas vrais. Le mensonge utile, comme on en voit dans toutes les religions et dans toutes les méthodes de développement personnel à l’américaine. (je suis croyant mais je crois avant tout en la vérité, ne le prenez pas mal, je ne crois à rien que je n’aies pas pu établir comme étant vrais pour moi).

Alors voilà, 5 jours avant le 20 mars, date du début du programme FaceBook « j’arrête de fumer » où 1600 vaudois inscrits vont tenter d’arrêter la clope, je suis très curieux de voir ce que monsieur « J’arrête de fumer Vaud » va faire de cette aspect bien réel du tabac. Pour le moment il dit, je cite :
« Le vapotage n’est pas l’idéal pour arrêter de fumer car il conserve la gestuelle, c’est pourquoi nous ne le préconiserons pas durant ce programme mais préfèrerons parler des substituts nicotiniques. »
Eh ! Monsieur le professionnel du sevrage tabagique, t’as pas l’impression d’avoir loupé un truc ? T’as pas un petit sentiment de malaise quand tu écris de telles absurdités ? Comment tu fais pour te regarder dans un miroir en pensant que ton travail va aboutir à un taux de réussite minable parce que tu n’as pas regardé les choses en face et que tu n’as pas utilisé tous les outils à ta disposition pour réussir ?

Edit:
Après discussion avec Monsieur « J’arrête de fumer », il ressort qu’ils ne sont pas fondamentalement opposés à la vape, mais dans un pays qui interdit la nicotine dans les e-liquides, comment peut-on immaginer qu’un organe officiel en fasse usage ? On en revient à un problème politique dont le CIPRET est comme nous, victime. Désolé d’avoir pété une durite 🙂

C’est là que la vape est vraiment magique. La vape c’est comme la clope, une récompense. On peut sortir « fumer » avec les collègue, pas besoins de renoncer à ces poses, on remplace juste le goudron par de la vapeur mais on conserve tout ce qu’il y a de positif dans le tabac, sans tabac. En fait la vape c’est encore meilleur que la clope parce qu’on y trouve une recherche hédoniste du gout, un art savant du meilleur coil qui envoie grave, une petite tendance à la collectionnite avec des objets magnifiques et tout ça avec un truc qui ne tue pas.

Un patch, une nicorette ou un anti-dépresseur n’est pas et ne peut pas être une récompense. C’est deux fois plus efficace que rien du tout mais après des décénies de lute anti-tabac, le constat est clair, la clope est toujours là, elle tue toujours et aucun programmes de prévention n’a réussis à éradiquer ce fléaux.

Voilà pourquoi je défends la vape, voilà pourquoi la vape marche mieux qu’un « substitut nicotinique agréé ». La vape, c’est délicieux.

Une nouvelle tendance : la lampe torche

Comme certaines personnes craignent que la TPD (Tobacco Products Directive, la nouvelle directive européenne qui est déjà en vigueur dans certains pays et qui sera généralisé dans toute l’Europe d’ici mai 2016 sauf erreur ) que la PTD donc ne rende les mod meca illégaux à la vente, Monsieur Sebastien Lavergne, modeur de son état, a créé une lampe torche avec un connecteur 510. Mort de rire.

En bref on voit à quel point ça va être dur de créer des lois qui nous empêche de vapoter grave, quand bien même ce serait interdit à la vente. Personnellement, même si je trouve l’article 20 de la TPD complètement débile, contre-productif et scandaleusement liberticide, je suis globalement positif quand à l’avenir de la vape : Rien n’empêche il me semble de faire un ato de 2ml étanche avec un bon gros clapton qui envoie du bois dedans, quitte à avoir une petite vis de remplissage par le bas sur laquelle on peut planter un botom feeder de 10ml pour arrêter de s’emmerder.

Bien entendu Big Tabaco nous assène leurs machins flippant à souhait, Vype, Logic Pro et consort qui nous laissent croire que ça sera la vape de demain mais croyez vous vraiment que Kanger et consort vont baisser les bras pour autant ? Le petit moddeur dans son garage risque de devoir feinter, ça c’est clair. Mais comme on dit, les contraintes rendent créatif, n’est-il pas ?

Source

 

 

Mr Mooch teste les accu

Pour les connaisseurs, voici deux liens très intéressants, bien que à mon avis il faudrait idéalement (même si c’est dangereux et pas simple) pousser jusqu’à un crash test.

Pour résumer grossièrement ça dit que 20A est la limite habituelle des bon accu et qu’on ne devrait pas vaper au delà sur un simple accu. Ce qui veux dire 0.2 ohm en meca ou 75W en electro je suppose.

Plouf

https://www.e-cigarette-forum.com/forum/blog-entry/list-of-battery-tests.7436/

https://www.e-cigarette-forum.com/forum/blog-entry/18650-safety-grades-picking-a-safe-battery-to-vape-with.7447/

La bonne farce

La vape, c’est une sacré farce, ça va tout de travers.

C’est comme un type qui tente de monter à une échelle.
Sauf que les pieds sont plus enthousiastes que la tête, alors les pieds montent en premier. La tête qui n’a rien demandé se retrouve à l’envers et ne comprend pas ce qui lui arrive. Il y a une main qui tente de grimper pour aller voir ce qu’il y a en haut et une autre main qui tente de s’accrocher aux barreaux, désespérément. Chaque membre tente d’aller dans une autre direction et ce pantin semble désarticulé.

Les pieds, c’est la base, le petit peuple des vapoteurs.
Ils sont en haut de l’échelle et voient tout depuis là. On est les premiers au courant :
On ressent personnellement et physiquement les avantages de la vape. On s’est libéré d’une addiction comme par miracle. On est tout le temps sur le net et on connais mieux le sujet que n’importe qui d’autre. Pour nous, les avantages de la vape libre sont tellement évidents qu’il faut absolument luter pour la conserver telle quelle, sauvage et dynamique, inventive et révolutionnaire. A présent qu’on est en haut de l’échelle de la compréhension, on prends tous les autres pour des cons et on écoute strictement rien si ça ne va pas dans notre sens.

La tête, c’est les politiciens, les professionnels de la santé publique, les décideurs. Ils n’ont jamais demandé à ce que la vape existe et n’en veulent pas. Méfiance, c’est nouveau ! Marie Sole Touraine disait l’autre jour sur Twiter : « Pourquoi les vapoteurs me harcèlent » La tête à l’envers, ils voient tout de travers et confondent clope et vape. Ils ne savent pas trop où ils en sont mais puisqu’il faut légiférer, alors ils légifèrent.

La main droite ce sont les praticiens pragmatiques qui voient des fumeurs, de plus en plus nombreux, passer à la vape. Ils voient le niveau de santé des vapoteurs qui s’améliore comme pour n’importe quel ex-fumeur. Les résultats sont là. Ces vapoteurs sont enthousiaste et de plus en plus nombreux, donc au début avec crainte, puis avec enthousiasme ces praticiens saisissent cette nouvelle façon de luter contre le tabac, défendent la réduction des risques et admettent qu’il faut dialoguer avec les vapoteurs pour apprendre comment ça marche. Cette main tente de remonter l’échelle et voir ce qu’il y a en haut, en se rapprochant des pieds.

La main gauche, qui s’accroche aux barreaux de l’échelle, c’est les praticiens dogmatiques. Ils sont d’une mauvaise foi crasse parce que pour eux, la seule voie est l’abstinence. Depuis des décennies ils défendent une politique cohérente et ne veulent pas tout foutre en l’air à cause d’un gadget chinois. Ils dénigrent toute étude positive pour la seule raison que ça va en faveur de la vape. Toutes leurs recherches sont faites pour trouver d’éventuels problème, ils ne recherche jamais les avantages. Ils n’ont pas d’arguments solides car leurs études n’aboutissent qu’à du positif mais n’en démordent pas car ils ont une croyance à défendre. Sur des résultats positifs, ils parviennent à extraire une conclusion alarmiste.

Pendant ce temps, les lobby du tabac tentent de pousser l’échelle dans la direction qui leur rapportera le plus. Typiquement, la directive anti-tabac votée l’an passé par l’EU contient des amendements écrits directement par le lobby du tabac.

La nouvelle loi Suisse sur le tabac mélange deux choses qui n’ont rien à voir : la vape et la clope. Le risque, c’est qu’on s’aligne sur la France, dont les textes ont pour objectif d’interdire tout matériel qui ne ressemble pas à ce que big tabaco veut produire (du cigalike principalement, particulièrement inefficace tant en rendu qu’en moyen de sevrage tabagique) Donc cartouches scellées, limitation arbitraire de la taille des flacons, etc … Et surtout un max de réglementations pour qu’il soit trop onéreux à produire par de petites entreprises. Il souhaitent faire en sorte que produire des e-cig soit le plus cher possible pour éliminer la concurrence, jeune et peu fortunée. Et poser des délais légaux très longs pour éviter qu’un investissement produit n’ait pas le temps d’être rentabilisé.

Je ne pense pas qu’on ait affaire à des politiciens incompétents. Le fait qu’ils ne connaissent pas l’avantage d’un sleeping fused clapton en full vg ne les rends pas idiots.
Avec le récent rapport du PHE, l’organe officiel anglais de santé publique qui dit que la vape est 95% moins dangereux que la clope, ils ont un dossier sérieux à prendre en compte mais ne changent pas pour autant d’avis. Ils sont donc certainement des raisons et des idées à défendre, ou alors ils s’en foutent, c’est pas porteur question électorat. Côté OFSP, je pense qu’ils ont peur que des non fumeurs se mettent à vapoter. Même si actuellement ce n’est pas le cas, ils souhaitent tout faire pour que ça n’arrive pas, quitte à sacrifier les actuels fumeurs. Ils ont peur parce que la vape c’est cool. Reste que leur approche est contre-productive. Définir la vape comme une méthode de réduction des risques et l’utiliser comme outil de sevrage tabagique devrait être généralisé car c’est efficace. Toute limitation ne va conduire qu’à une baisse d’efficacité du produit.

Pour conclure je pense que les opinons sont forgés depuis longtemps et qu’il est très difficile de changer d’avis. Les évidences scientifiques ont commencés à être claires et suffisantes depuis trop peu de temps, après que les projets de loi soient définit. (en août 2014, la même recherche pubmed sortait 150 résultats environ, 20x moins qu’aujourd’hui) Il est peut-être trop tard, la seule option qui s’offre à nous est d’attaquer le gouvernement en justice. Et ça c’est pas gagné.

Plouf

Pic nicotinique, dosage et type d’aspiration

Bonjour à tous

Ces derniers temps j’ai discuté avec plusieurs vapo-fumeurs et j’essaie de comprendre pourquoi la vape ne leur suffit pas. J’en connais même qui sont dégoûtés par les clopes, mais qui fument quand même.

En parallèle je suis tombé sur une étude sur le pic nicotinique dans la vape.
Je cite :

On peut voir que la vitesse d’absorption est assez rapide, le pic pour 11 des sujets est à 2 min après la fin de la dernière bouffée (soit 9 min 30 après le début d’utilisation), alors que pour les deux autres, l’un est à 5 min et l’autre est à 30 minutes (vapant pourtant sur un tank à 18 mg/ml de nicotine, il s’agit cependant d’un vapofumeur, et qui donc ne sait peut-être encore pas bien utiliser son vaporisateur). Ce qui est plus rapide que ce qui avait été montré jusqu’à maintenant dans d’autres études (ici et ici), mais moins rapide qu’avec une cigarette où le pic est atteint entre 5 et 8 min après le début de la consommation (première bouffée).

Mon propos est une déformation et une extrapolation du papier. Je pense que le taux de nicotine et la vitesse d’absorption sont deux choses différentes et que les deux sont importantes pour que la vape soit un substitut efficace à la clope. Le problème – ce n’est que mon hypothèse – c’est qu’il faut choisir entre vitesse et dosage.

Le vapoteur qui crapote à 18 ne pourra pas faire une inhalation directe. Une bonne partie de la nicotine absorbée ira donc dans les muqueuses et la salive, prenant du coup beaucoup plus de temps pour arriver au cerveau. En revanche avec une bonne grosse taff de driper en ULR où, si on met plus de 3mg on crache nos poumons, va descendre directe dans les alvéoles pulmonaires et donc logiquement arriver au cerveau en moins de deux. L’un se fait avec un petit airflow, l’autre avec un grand.

Conclusion ? Si vous êtes vapo-fumeurs, pour rapidement lâcher le tabac je préconise de débuter la journée avec une bonne grosse vape à 3mg ouverte à coin, en inhalation direct, puis passer rapidement sur une petite vape serrée à 18mg pour le dosage.

Une autre idée, mais n’étant ni chimiste ni biologiste je ne peux faire qu’une supposition, c’est que la différence entre vape et tabac est que le tabac est alcalin. ( je crois que c’est notamment parce qu’il contient de l’ammoniaque,  voir de l’urée). Or la nicotine traverse plus vite les tissus lorsqu’elle a un PH élevé. Donc non, je ne vais pas pisser dans mes jus pour faire le test, mais tout de même je me demande dans quelle mesure il ne faudrait pas développer un e-liquide alcalin. Je n’ai jamais vu d’étude à ce sujet et je trouve ça un peu surprenant. Évidemment, un tel produit mériterait un développement à la façon d’un médicament.

Traditionnellement les «pro» recommandent 6mg pour les petits fumeurs, 12 pour les moyen fumeurs et 18 pour les gros fumeurs. Si c’était possible avec une ego, ce pas applicable avec du matos actuel genre subox. Mais quel que soit le dosage, les deux choses qui comptent sont la vitesse du pic et la quantité globale de nicotine. Tirer deux grosses taff à 3mg me semble donc équivalent à une petite taff à 12mg. Voilà, il ne vous reste p plus qu’à apprendre à vapoter en inhalation directe.

Genesis mesh et contrôle de temperature

 

Je suis un peu de la vielle école mais tout de même, je vends des mods avec contrôle de température et je me demandais à quoi ça peut bien servir <:0)

Certes, on peut vapoter son tank jusqu’à la dernière goutte et quand il n’y a plus de jus, il coupe. Donc on peut ensuite mettre un autre jus en ayant quasi pas de gout parasite sans même changer le coil. Certes c’est une vape lisse et régulée, pas dégueux. Mais j’avais un peu le sentiment que c’est bien surtout parce que c’est nouveau.

Le fait d’éviter les dry hit, je ne voyais pas trop parce que j’en ai pas, sauf sur les genesis en montage mesh. Alors j’ai fait un montage ni200 en 0.2mm sur mon bon vieux Kraken modifié de partout. 7 tours sur un mesh 300 à peine oxydé, au 4ème essais ça a passé. Pas si facile mais il faut se rappeler qu’un mesh ça dure, donc ça vaut le coup de passer un peu de temps. J’ai pas trop de conseils nouveaux à donner, le web regorge d’excellents tuto sur le montage mesh, on fait pareil mais avec du nickel est pis c’est tout … La seule chose à dire c’est qu’il ne faut pas faire de dry burn pour égaliser le montage : le Nickel s’oxyde et c’est pas bon pour la santé.

Question rendu, bin c’est un montage mesh sur genesis, donc c’est vachement bien. Très bon rendu des saveurs, dense et goûtu comme on aime, mais sans le risque du point chaud. Pas mal non ? Le seul point un peu particulier, c’est la particularité du mesh, il chauffe. En fait le coil diffuse la chaleur au mesh et donc au début de la taff, on a juste le coil qui vaporise, puis petit à petit le mesh monte en température et vaporise aussi. Donc ça fait un peu diesel, au début c’est doux puis ça monte en intensité. J’aime assez.

image

Plouf

DIY – faites vos e-liquides vous même

Pourquoi faire sois-même ses jus ?

  • Par économie : Un e-liquide du commerce peut coûter jusqu’à 1.40 CHF le millilitre alors que si vous faites votre e-liquide vous-même, dans le cas extrême ça ne vous coûtera que 3 ou 4 centimes pour la même quantité.
  • Faire ses liquides sois-même est une façon de ne pas être juste un consommateur, mais être acteur de notre vie. Savoir ce qu’on vape, « ce qu’il y a dedans », c’est intéressant.
  • Vous pouvez gérer exactement ce que vous ingérer. Vous pouvez doser la nicotine très précisément en fonction de l’atomiseur, de vos besoins, du moment, de vos envies. Pareil pour le ratio PG / VG
  • Comme en cuisine, préparer nos plats est créatif, surprenant, valorisant. Nombre de fabricants ont commencés par faire des e-liquides pour eux, puis voyant le succès on progressivement produit des liquides pour d’autres.

Matériel de base

Pour vous lancer vous avez besoins des éléments suivants :

  • Des flacons vides
  • Du propylène glycol (PG) de grade pharmaceutique
  • De la glycérine végétale (VG) de grade pharmaceutique
  • Des e-liquides concentrés ou des arômes alimentaires adaptés à la vape.
  • Éventuellement de la nicotine.
  • Éventuellement un petit peu de matos de labo genre pipettes et autre

Où se fournir

Je ne suis pas ( pas encore ? ) revendeur de DIY, donc ce sont presque tout des produits que vous devrez acheter ailleurs, généralement sur le web, à l’exception notables des concentrés T-Juices et des flacons vides. On trouve dans pas mal d’endroits des « bases » toutes prêtes contenant déjà du propylène glycol, de la glycérine végétale et de la nicotine à différents dosages. J’avais commencé par les bases de chez Inawera. A présent  j’achète en général PG et VG séparément à la droguerie du boulevard, juste sous la gare de Lausanne, à 200 m de ma boutique. J’achète la nicotine chez mix & match ou chez Nicvape. Je prends souvent des concentrés tout prêt de chez T-Juice ou autre, mais j’ai également plus d’une centaine d’arômes alimentaires de diverses provenances pour mon usage perso. Justvape247 et solubarôme sont mes principaux fournisseurs ces temps. Notez que corsicavap a des bases avec du PG 100% végétal qu’on dit supérieur en qualité au PG standard.

Une recette simple

Prenez un concentré T-Juice et une base nicotinée du genre VPG 70/30 Inawera.
Videz 40 ml du flacon de base puis versez tout le concentré T-Juice dans le flacon.
Mélangez bien et attendez entre 24h (pour du red astair) et 2 semaines (pour du custard).

Vous obtiendrez 70ml de e-liquide pour une vingtaine de francs. C’est simple, il y en a pour 5 minutes et vous en aurez pour un bon bout de temps.

Ratio PG / VG

La glycérine végétale (VG) est visqueuse, épaisse. Plus vous mettez de VG et plus vous encrassez votre matériel, donc les résistances dureront moins longtemps. De plus le point d’ébullition du VG est plus élevé que celui du PG, se rapprochant de la température où commence à apparaître le formaldéhyde, substance cancérigène. Il n’est donc pas recommandé de vapotez 100% VG. A l’inverse, le PG produit peu de vapeur et n’est pas très onctueux en bouche. Vapotez du PG pure est un peu triste. Il faut donc tester mais au minimum, partez sur 80% PG / 20% VG, pour allez jusqu’à 40% PG / 60% VG.

Nicotine

Il est autorisé en Suisse d’acheter jusqu’à 150 ml de liquide contenant de la nicotine.  Au delà, la douane bloquera votre achat. Personnellement je prends chez Mix & Match des flacons de 100ml dosés à 100mg / ml dilués dans du PG. En vapant à 10mg/ml je peut donc me préparer 30 flacons de 30ml pour une vingtaine de francs. Je déconseille fortement d’utiliser de la nicotine pure. A moins que vous ne soyez laborant de formation, le risque n’est pas nul, la nicotine pénètre par la peau ( C’est le principe des patch ). Certains chiffres pessimistes disent qu’on peut y passer en ingurgitant 2mg de nicotine. En clair, si vous vous renversez un flacon de nicotine pure sur la jambe, il suffirait que 2 ml pénètre par la peau avant que vous n’ayez eu le temps de vous changer / doucher pour que vous soyez mal. Avec un flacon de 100mg/ml, ça veut dire que le flacon contient 10% de nicotine et 90% de PG. Il faudrait donc absorber 20ml pour craindre un effet néfaste, c’est peu probable, on a plus de chance d’avoir un accident en cuisant des pâtes. Je conseille également de prendre une base de nicotine diluée dans le PG : c’est un anti-bactérien. Ajoutez à cela que la nicotine est également toxique pour les micro-organismes, le risque de trouver votre flacon contaminé est nul. Le PG se conserve très bien durant au moins deux ans si vous le stockez à l’abris de la lumière. Pour le dosage, perso j’utilise ce site

Arômes

Ce qui est le plus important avec les arômes, c’est qu’ils soient solubles à l’eau et préparés dans une base de PG. Vapoter des huiles essentielles est dangereux car vous risquer une pneumonie lipidique. On évitera également le diacétyle et autre acétyle propionyle : A fort dosage on risque une bronchiolite (très théorique, sur 9 millions de vapoteurs aux USA, on ne relève sauf erreur pas ou presque pas de cas cliniques avérés). Préférez à cela le massoia lactone dont on a pas de preuves formelles qu’il y ait un risque. A éviter également, le sucre car il peut cristalliser. Un arôme alimentaire apparemment parfaitement adapté à la vape peut contenir du diacétyle. Bien que les risques ne soient pas évidents, on préférera les fabricants d’arômes qui garantissent un produit sans ce type de trucs.

Macérats

Il est possible de faire macérer des plantes dans du PG. Un exemple courant est le cigare, que vous découpez en petits morceaux et que vous faites tremper dans le PG durant 2 ou 3 semaines. Je le fais également avec du thé ou des tisanes. Notez que ce n’est pas particulièrement recommandé : Un arôme de synthèse ne contient qu’une seule molécule, simple à étudier scientifiquement. Dans un macérat, au contraire vous retrouverez l’intégralité de la plante dans votre jus et donc le risque est beaucoup plus grand d’avoir un produit qui ne convient pas à l’inhalation. Manger une plante est une chose, se l’envoyer dans les poumons en est une autre.

Recettes

Il existe quantité de recettes qu’on trouvera sur les forums par exemple. En vérité s’il est très simple de faire un jus à base d’un concentré déjà complexe, il n’est pas si évident de trouver sois-même les bons ingrédients et de les mélanger. Certes vous arriverez très vite à un truc techniquement vapable, mais pour faire un jus vraiment délicieux, il faut du temps, de la recherche et de l’humilité. Dans ce sens je vous recommande de commencer par trouver des recettes déjà testées et de n’acheter que les arômes cités dans la recette. Si par la suite vous vous lancez dans vos propres créations, commencez avec le moins possible d’arôme, il est toujours possible d’ajouter deux gouttes d’un truc mais c’est impossible de les retirer.

Step

Certains ingrédients nécessites ce qu’on appelle une période de step. C’est le cas de tous les crémeux notamment. C’est un des trucs qui rends l’exercice complexe : vous pouvez goûter votre création rapidement mais pour vraiment savoir ce que ça vaux il faut attendre au moins deux semaines.  La nicotine, notamment, oxyde le jus pour lui donner un ton brun orangé. Les arômes caramel vont se dégager, le côté bonbon chimique sur les fruités va s’estomper.

Allen Carr, la méthode simple pour arrêter de fumer

Voilà quelques temps que mon fils a arrêté de fumer grâce un bouquin de Allen Carr, la méthode simple pour arrêter de fumer tout de suite sans prendre de poids, aux éditions pocket. Bien qu’étant engagé sur une autre méthode de cessation tabagique – la vape – je me suis dit que si mon fils a réussi à arrêter de fumer grâce à ce livre, alors il est intéressant que je le lise. Voici un petit résumé de ce que j’en pense.

La méthode

La méthode consiste en un lavage de cerveau volontaire qui va nous permettre – selon l’auteur – d’arrêter de fumer sans difficulté et sans effet de manque. Il dit en résumé très peu de choses mais se répète à loisir et ajoutes des exemples parlants.
Voici la liste quasi-exhaustive de ce qui est dit :

  • Fumer tue
  • Le problème de la cigarette, c’est la nicotine.
  • Fumer n’est pas une habitude, c’est une addiction.
  • Le tabac ne comble pas un vide, il le crée.
  • On allume chaque clope pour combler le manque créé par la nicotine, mais en réalité chaque cigarette entretient l’addiction et donc augmente et perpétue le problème. La seule solution est d’arrêter de fumer pour échapper au cercle vicieux.
  • Nous avons subis un lavage de cerveau pour nous faire croire que la clope nous apporte quelque chose et qu’il est difficile d’arrêter de fumer. Le livre tente d’éliminer ce lavage de cerveau en nous faisant voir la « vérité »
  • Fumer n’apporte aucun plaisir. Fumer pue, c’est pas bon, la seule satisfaction qu’on en retire est de soulager l’effet de manque. Le plaisir de la clope est une illusion.
  • Fumer n’apporte aucun soutien. Un non-fumeur n’est pas plus stressé qu’un fumeur. Par contre pour le fumeur, être régulièrement en état de manque est un stress et la seule façon de sortir de ce stress est de ne plus fumer. Ce soutient est une illusion.
  • Fumer n’aide pas à garder la ligne. Selon l’auteur, en suivant sa méthode on ne prends pas de poids, on en perds.
  • La dépendance physique à la nicotine – que l’auteur nomes petit monstre – est faible, négligeable.
  • La dépendance psychologique à la nicotine – que l’auteur nomes grand monstre – est très forte, c’est cela que l’auteur combat en tentant de reprogrammer le cerveau du lecteur.
  • La force de volonté et les substituts nicotiniques sont inutiles.
  • Arrêter la clope par la volonté est voué à l’échec et fait de votre vie un calvaire.
  • Diminuer progressivement est contre-productif car alors on renforce l’illusion de plaisir : en fumant tout le temps, on ne soulage pas un effet de manque et donc fumer n’a ni valeur ni saveur. C’est lorsqu’on a été privé longtemps d’une clope qu’elle prends tout son sens et qu’on a l’illusion qu’elle est délicieuse car elle comble momentanément le manque et prends donc une réelle valeur psychologique.
  • La peur est la motivation principale du fumeur. Peur du manque, peur de ne pas parvenir à arrêter, peur de réussir à arrêter et se priver d’un soutient illusoire, …
  • Ne pas parvenir à arrêter la clope n’est pas un échec : l’échec est de fumer. En ayant raté une cessation tabagique, on a rien perdu, au contraire on a gagné la perception de notre esclavage à la clope.
  • Les éléments déclencheurs qui nous font allumer une clope perdent tout leur efficacité lorsqu’on en a compris les mécanismes. Cesser de fumer devient alors simple.
  • Il faut y croire pour réussir

Efficacité

Le livre prétends avoir 90% de réussite parce que dans les centres Allen Carr, en cas d’échec, ils remboursent le traitement. Or ils ne remboursent que 10% des traitements. Ce chiffre donne le ton de l’ouvrage : exagéré, vindicatif et de mauvaise fois.

En cherchant sur pubmed, je vois des études disant que le taux de réussite serait de 45%. Sur wikipedia, il est question d’une étude qui aurait mesuré 53% de réussite. C’est beaucoup, peut-être même la méthode la plus efficace qui existe.

La position officielle – si j’en crois stop-tabac.ch – est que les substituts nicotiniques doublent l’efficacité des tentatives de sevrage tabagiques. Pour peu que je soies encore capable de multiplier un nombre par deux, ça veux dire que les substituts nicotiniques auraient une efficacité de 106%. Je suis heureux de l’apprendre. La mauvaise fois n’est manifestement pas l’apanage d’Allen Carr et j’aimerais en connaitre la raison, je ne comprends pas ces guerres de paroisse.

Et la vape ?

Le livre, pourtant imprimé en avril 2014, ne fait pas mention de la vape. Il dit ceci à propos des substituts nicotiniques :

« Loin d’aider le fumeur à se libérer, les substituts prolongent et renforcent l’addiction »
« Si vous prenez des substituts, vous allez déplacer le problème au lieu de le régler »
« tous les substituts renforcent l’illusion selon laquelle arrêter de fumer serait un sacrifice »

« Dans la pratique, l’immense majorité des personnes qui essayent des substituts nicotiniques finissent par se remettre à fumer. L’illusion de plaisir est très faible quand on mâchonne un chewing-gum, elle est nulle quand on porte un patch. Au bout de compte, ces personnes sont contraintes de regarder la réalité en face : elles sont de pitoyables accros à la nicotine. C’est tellement plus commode de se rabattre sur la cigarette. Là au moins elles pourront se tromper elles-mêmes sur le prétendu plaisir de fumer »

Conclusions

Parce que les résultats sont là, il serait très malvenu de critiquer la méthode d’Allen Carr. La méthode aide beaucoup de gens donc elle est bonne. L’important est de ne plus fumer, quelle que soit la méthode que vous adoptez.

Ceci dit la méthode Allen Carr est une forme de lavage de cerveau proche d’une religion : il faut croire pour que ça marche. Il n’y a qu’une seule vérité, qu’une seule solution, les fumeurs sont tous les mêmes et il n’y a qu’un seul bon moyen pour arrêter.

Ce livre est truffé d’exagérations, de petits mensonges et de mauvaise fois. Mais comme tous les bons mensonges, ils sont basés sur 90% de vérité. Il y a juste, systématiquement, une façon de présenter les choses en faveur du point de vue de l’auteur. On occulte toutes les nuances et tous les autres points de vue pour se concentrer sur l’objectif principal : Vous convaincre d’arrêter. Le taux de réussite exagéré, le dénigrement de toutes les autres méthodes, le dénigrement du manque physique sur lequel pourtant tout le livre se base, l’exaltation de la « liberté » du non-fumeur, etc … Selon l’auteur si vous ne parvenez pas à arrêter de fumer suite à la lecture du livre, c’est que vous n’avez pas totalement assimilé la seule vérité qui soit : la sienne. Il faut alors trouver en vous le doute qui subsiste et l’anéantir pour être parfaitement en harmonie avec la vérité du livre, la seule et unique vérité qui soit. C’est simple et efficace, mais cela me dérange.

La diabolisation de la nicotine m’a un peu choqué. De nombreux autres facteurs sont, il me semble, également importants dans la dépendance tabagique. En soit la nicotine n’est pas un poison. On dit souvent : « on fume à cause de la nicotine, on meurt à cause du goudron ». Autrement dit pour le vapoteur que je suis, la nicotine n’est pas toxique. Ce n’est pas ce que dit le livre.

Ce livre est un très bon exemple du mensonge utile. Il vous dit ce que vous avez besoins de croire pour arrêter de fumer sans douleur. Même pour un éternel sceptique comme moi, ce livre contient de nombreuses choses vraies qui sont une aide dans notre lute contre le tabac. Malgré que ce ne soit pas du tout mon style, je vous le recommande. Au mieux ce livre vous permettra d’arrêter de fumer, au pire il vous permettra de réfléchir à la dépendance et ne vous fera aucun mal.

Dépendance

J’ai lu ce livre alors que j’étais en vacances. S’il est inexacte de dire que le tabac n’apporte aucun plaisir, lorsqu’on vape c’est totalement faux. La clefs de la réussite avec la vape, c’est la plaisir. Vapoter est souvent un pied géant. L’autre jour, je vapotais un Jack parfaitement steppé, parfaitement dosé, sur un mod parfaitement monté et j’étais proche de l’orgasme, à chaque taff je me demandais comment c’est possible que ce soit si bon, j’avais du mal à croire la perfection de l’instant. Cependant la vape c’est compliqué. Durant ces vacances je n’avais, comme souvent quand on fait du diy, pas mes liquides préférés prêt et steppés convenablement. Pire, ma vape a changé, mes gouts ont évolués, ma tolérance à la nicotine a baissé. Mes drippers qui envoient du lourd m’arrachent la gorge. Du coup, j’ai dû vapoter sans grand plaisir, en tirant sur mon mod purement pour avoir ma dose. Et bien entendu, qui dit vacances dit promenades, j’ai trimbalé une tonne de matos à longueur de journée sous un soleil brulant dans le seul but de satisfaire ma dépendance à la nicotine en guettant à chaque instant le petit moment où je pourrai tirer une latte sans déranger personne. Et là je me suis dit que ce serait bien si j’arrivais à vapoter en zéro mg, juste pour le plaisir. Etre capable de poser mon mod le soir en sortant du taff et de passer la soirée les mains libres, les poches légères. Transformer ma dépendance en loisir, ne plus être accroché à ce truc que par ailleurs j’adore. C’est un peu pareil avec l’alcool. J’adore l’alcool – particulièrement les vins rouge amples et généreux et les bières artisanales – mais je peux passer une semaine sans en boire et sans que ça me manque. J’apprécie l’alcool pour le gout et pour l’ivresse mais n’éprouve aucun besoins de boire. J’aimerais bien arriver à ça avec la vape, et je vais tenter d’y parvenir en baissant le taux de nicotine.