Le nouveau dualisme : l’instant contre l’avenir

Bon, voilà un sujet qui fera sans doute rigoler le philosophe avertit, mais tant pis, ce site est un blog donc je vous parle de ce qui me passe par la tête, ce qui inclus apparemment quelques divagation.
C’est suite à la lecture d’un article de l’anthropologue Veronique Nahoum Grape ,lors d’une audition publique de la FFA qu’il m’est venu cette image.

Le nouveau dualisme.

D’un côté on a la considération de l’avenir
Sagesse, respect et ennuis profond.
construire sa vie, vivre en communauté, manger sainement en faisant attention à son poids, à son sommeil, à économiser au cas où, …
Cela est soutenus, exigé par un système de loi, d’éducation, de prévention, un regard de l’autre de plus en plus stricte et complexe.
Il s’agit de faire des études, une carrière, d’économiser pour un 3ème pilier, de vivre sainement, sans excès, un peu de sport,  s’épanouir dans une vie de dur labeur responsable à prendre soins de sois et d’autrui.

De l’autre côté, il y a la culture de l’instant.
Sexe, drogue et rock’n roll.
Notre monde est si contraignant et codifié, la pression de la productivité est telle qu’on s’emmerde et qu’on rêve à longueur de journée de faire n’importe quelle bêtise pourvu que ce soit grisant. Le cinéma, la musique, les pub, les affiches en ville et même la façon de s’exprimer qu’on les jeunes nous rapporte implacablement au présent, à la nécessité de s’éclater, là, tout de suite, Go ! Que ce soit en faisant fondre sa carte de crédit, en baisant comme dans un film porno, en se shootant à l’extasie, en sautant à l’élastique,
Notre culture glorifie tout ce que la morale réprouve.

Et la vape dans tout ça ?

Bin  on est dans la merde.
Soit c’est un médicament, et donc c’est chiant comme un patch
Soit c’est fun, donc dangereux. Pire que le tabac.
Les études scientifiques ont beau démontrer ce qu’elles veulent, cette prolifération d’arômes, de marques, de modèles, toutes ces vidéo avec des gros ricains frapadingues qui prennent leur pieds à faire des gros nuages, c’est une preuve concrète et tangible qu’on s’amuse et c’est donc opposé à l’ennuis raisonnable. C’est pas saint.

Parce qu’une dualité sera toujours coincée avec tout ce qui est en couleur, il faut que ce soit noir ou blanc. J’en veux pour preuve que chez les vapoteurs eux-même on a deux camps opposés :
A ma gauche le cloud chasers full VG diacétyl power qui organise des contests plein de musique, de filles dénudées et de débauche de goûts crémeux ultra sucrés.
A ma droite, l’adepte de la vape « papy » avec son Taifun GT2 qui recherche des jus bio, airflow serré et qui vous serine sur le danger des excès.
Jusque là tout va bien, on est entre vapoteurs et même si un peu de maturité et de tolérance ne feraient pas de mal, on est d’accord sur les bienfaits de la vape et sur la nécessité d’arrêter de fumer.
Le problème c’est que vu de l’extérieur, déjà c’est nouveau donc suspect, mais si en plus on a l’air de s’amuser, c’est forcément un truc pour les sales jeunes excessifs et il est donc urgent de mettre un terme à tout ça. Légiférons, interdisons. Les sales jeunes en l’occurrence ont entre 30 et 70 ans mais ça c’est un détail difficilement perceptible car du moment que c’est fun et nouveau, c’est forcément un truc de jeunes.

Bref, je ne crois pas que ce soit le lobby du tabac ou des pharma qui nuise à la vape et au fait qu’elle soit une aide dans la cessation tabagique. Je crois que  l’ennemis de la vape, c’est la pensée bourgeoise qui par tradition s’oppose aux plaisirs grisant et qui nous range sans autre dans la catégorie des trucs louches. Vous n’avez qu’à arrêter de fumer dans la souffrance, là au moins on sera sûr du pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*